JO 2014 : le dernier sursaut d'Evgeni Plushenko

Jusqu'au tout dernier moment, le célèbre patineur Evgeni « Genia » Plushenko n'était pas assuré de participer aux Jeux de Sotchi en individuel. Pourquoi la Fédération a-t-elle écarté le jeune Maxim Kovtoun ? Plushenko est-il vraiment prêt à affronter les nouvelles stars du patinage artistique lors de sa dernière participation aux Jeux olympiques ?

Crédit photo : AP

Anna Kozina, pour La Russie d'Aujourd'hui

Champion olympique à Turin en 2006, double médaillé olympique en 2002 et en 2010, Evgeni Plushenko ne se prive pas de rêver à haute voix : « Je veux que mon palmarès soit indétrônable. Peut-être que quelqu'un arrivera à trois olympiades, mais quatre... j'en doute. C'est impossible. Pourquoi donc est-ce possible pour moi ? Parce que je suis unique, sans vouloir être modeste, bien que je sois quelqu'un de modeste... Mais le Seigneur a fait de moi un homme talentueux, acharné et qui a le goût du travail ».

En vérité, le Suèdois Gillis Grafström avait lui aussi pris part quatre fois aux Jeux olympiques, remportant trois fois la médaille d'or (1920, 1924, 1928) et une fois celle d'argent (1932). En outre, le Français Brian Joubert, champion du monde en 2007, se rendra également à Sotchi pour ses quatrièmes Olympiades.

Intrigues avant les Jeux

Dans la lutte impitoyable pour l'unique place offerte dans l'équipe olympique masculine en individuel, ce n'est pas la première fois que Plushenko tient des déclarations retentissantes.

Après sa défaite aux championnats de Russie, il s'était résigné à fixer les rôles entre lui et le prometteur Maxim Kovtun : tandis que Plushenko se contenterait des épreuves par équipe, le jeune patineur, âgé de 18 ans, se devrait lui de tester ses forces lors du tournoi individuel.

L’entraîneur de Plushenko, Aleksei Mishin, pria alors le public de ne pas prendre en compte ces déclarations faites sous le coup de l'émotion après une contre-performance. Ayant repris ses esprits, le patineur de 31 ans reconnut effectivement que la lutte pour Sotchi continuait.

Kovtoun se devait alors de confirmer ses bonnes performances lors des championnats d'Europe qui précèdent les Jeux. Hélas, il ne se révéla pas à la hauteur de ses responsabilités, n'arrivant qu'à la 5ème place derrière Serguei Voronov et Konstantin Menshov.

Aujourd'hui, Voronov et Kovtoun, précisément dans cet ordre de passage, font tous deux partie de l'équipe réserve.

Plushenko est venu à bout des épreuves qualificatives. Son maître, Aleksei Mishkin, lui a donné sa bénédiction.

« Aujourd'hui, il patine mieux qu'aux Jeux de Vancouver. Il m'a montré son maximum : une superbe quadruple boucle piquée ; une combinaison de boucles piquées « quatre plus trois » ; deux triple axels. C'est vrai que sa main a légèrement touché le sol lors du premier saut, à cause des tremblements ; en revanche, le triple lutz et le triple salchow étaient à nouveau impeccables. C'était empli d'émotions ; c'était le véritable Plushenko », affirme non sans fierté son entraîneur.

« Tout le pays attend sa prestation à Sotchi, de même que ses admirateurs du Japon, qui peuvent maintenant être rassurés : je sais qu'ils avaient l'intention d'annuler leur voyage à Sotchi si Genia ne s'y rendait pas ».

Plushenko est lui aussi enthousiaste : « Je me sens vraiment très bien. Dieu merci, mes vieilles blessures ne me tracassent plus. A présent, je suis certain d'être prêt physiquement pour suivre les quatre programmes prévus aux Jeux. Le tournoi par équipe aura lieu le 6 et le 9 février, celui en individuel – le 13 et le 14 février. On aura le temps de se reposer un peu ».

Le meilleur des candidats

La majorité des spécialistes s'accordent pour dire que Plushenko mérite actuellement sa place dans l'équipe.

Maxime Marinine, champion olympique de l'épreuve en couple en 2006, soutient la décision prise conjointement par la fédération russe de patinage et le ministère des sports.

« Très souvent lors des Jeux, l'expérience se révèle plus décisive que la jeunesse. J'estime beaucoup Maxime Kovtoun, mais dans la situation actuelle, le meilleur choix était Genia Plushenko. C'est du moins ce que laissent penser ses résultats. Est-ce que cela suffira pour décrocher la victoire ou une médaille ? Je ne sais pas. Le patinage artistique a tout d'un loterie ».

Une nouvelle génération

D'aucuns diront que le temps de Evgeni Plushenko est révolu. « Je suis un très grand fan de Plushenko. Il a contribué d'une manière incroyable au patinage artistique et a révolutionné la discipline pendant toutes ces années », affirme le patineur américain Johnny Weir.

« Loin de moi l'idée qu'il n'est pas un immense patineur, mais le niveau des jeunes canadiens et japonais est bien supérieur. Et même s'il n'est pas impossible d'appendre de nouveaux tours au vieux singe, ça reste très difficile ».

A juste titre, Weir fait référence au triple champion du monde de 23 ans, le Canadien Patrick Chan, et au vainqueur de la finale du Grand Prix ISU 2013, le Japonais Yuzuru Hanyu, 19 ans, qui a reçu plusieurs fois des notes records de la part du jury.

Les notes maximales de Chan sont de 295,27 points au total et de 196,75 points pour le programme libre. Hanyu est lui recordman du programme court avec 99,84 points. Le meilleur résultat jamais obtenu par Plushenko, selon le système ISU, est de 263,25 points au total.

Les chances de médailles de Plushenko sont donc à prendre avec précaution.

« Nous nous sommes préparés calmement avec Genia selon le plan adéquat et avons choisi la meilleure attitude afin qu'il soit au maximum de ses capacités au moment fatidique. Notre seule ambition est-elle de décrocher l'or ? Je n'irai pas jusque là », avoue Mishin en nuançant ses déclarations précédentes.

« Notre objectif est de représenter au mieux notre pays pendant les Olympiades ; c'est l'essentiel ».

Le patineur définit ainsi sa mission : « A Salt Lake City, je n'étais pas assez mûr. A Turin, j'ai réalisé mon rêve. A Vancouver, une légère erreur d'appréciation du jury m'a privé de la victoire. Aujourd'hui il ne faut pas penser à une place en particulier, mais simplement faire son boulot ».

Biographie

Evgeni Ploushenko est devenu le premier patineur de l'histoire à exécuter une combinaison quadruple boucle piqué - triple boucle piqué - triple boucle (Coupe de Russie, 2002). Il est également le premier homme à avoir accompli une pirouette Biellmann.

Début 2013, Ploushenko a suivi une opération visant à remplacer un de ses disques intervertébrales. Malgré l'avis des médecins qui lui conseillaient de mettre un terme à sa carrière, le champion est retourné à la compétition. 

Other stories about Sochi you may like