Katia Tudegesheva, la snowboardeuse parfaite

Deux fois championne du monde en titre de snowboard en slalom parallèle, Ekaterina Tudegesheva a soif de revanche après son échec de Vancouver.

Crédit photo : RIA Novosti

Alexandre Erastov, pour La Russie d’Aujourd’hui

Katia convient parfaitement au snowboard : elle est solide, allie de manière exceptionnelle force et endurance et possède un caractère d’acier. Ce n’est pas pour rien qu’on la surnomme la « torpille russe ».

Tudegesheva est une des sportives les plus titrées dans le monde du snowboard grâce à ses victoires au général de la Coupe du monde, ainsi qu’aux championnats du monde de slalom géant parallèle et de slalom parallèle. Les observateurs ne le cachent pas : Tudegesheva est grande favorite pour décrocher l’or avec la sélection russe aux Jeux olympiques de Sotchi.

Katia est née en 1987 dans la région de Kemerovo. À cinq ans, elle et sa sœur quittent la ville plate et méridionale de Rostov-sur-le-Don après le décès de leur mère. Elles partent habiter chez leur tante dans la petite ville sibérienne de Tachtagol. Dans la Chorie montagneuse, que les habitants locaux appellent en blaguant la Suisse sibérienne, Katia arrive par hasard dans l’école de ski alpin.

À 11 ans et après avoir passé quelques saisons sur des skis, elle décide sans hésiter de les échanger contre le snowboard, de plus en plus populaire à l’époque. La jeune fille ne voulait décidément pas ressembler aux autres filles de sa génération, détestait les jupes et ne portait que des jeans.

La première compétition internationale à laquelle participe Ekaterina est une course de la Fédération internationale de ski en 2003. Elle terminera plus tard à la 16ème place au championnat du monde dans la catégorie boardercross. Son premier triomphe a lieu en 2005, lorsqu’elle remporte l’or au slalom géant parallèle du championnat du monde junior.

En 2006, les JO de Turin démontrent que la jeune a du talent mais qu’elle doit encore travailler : elle ne réussit pas à s’immiscer sur le podium,  ce qui la motive encore plus.

En 2007, elle devient la première Russe à remporter le championnat du monde de snowboard en s’emparant de la première place au slalom géant parallèle.

Sa collection de médailles accumulées entre Turin et Vancouver lui permet de sérieusement viser un podium olympique. Mais une erreur malencontreuse en huitièmes de finale met brutalement un terme à ses espoirs. Durement touchée, cet échec la rend toutefois plus sûre d’elle.

« J’ai trouvé en moi la force de maîtriser mon corps et de gérer les différentes situations qui se présentent », explique aujourd’hui Katia. « Ma victoire au championnat du monde l’année suivante m’a également beaucoup apporté sur le plan psychologique ».

C’est justement dans les disciplines de prédilection de Katia Tudegesheva, à savoir le slalom parallèle et le slalom géant parallèle, que la Russie a les meilleures chances. Outre Tudegesheva, l’effectif russe compte en effet Ekaterina Ilioukhina, Natalia Sobolieva et Aliona Zavarzina.

Avec sa deuxième place à Vancouver, Ilioukhina a gagné la première médaille olympique de l’histoire du snowboard russe. Elle fait partie des Russes ayant les capacités de lutter pour les récompenses.

Katia estime que se produire devant son public facilite la tâche. « Je ressentirai le soutien et les émotions des supporters », affirme-t-elle. « Le fait qu’ils attendent de nous la victoire ne met pas du tout la pression. Au contraire, cela nous procure de la joie. L’attention de la presse pour notre discipline n’est pas si grande, surtout à la télévision. Avec plus de médailles dans ce sport, nos compétitions gagneront en visibilité ».

Other stories about Sochi you may like