L'intelligence tactique de la Machine rouge

Pour les JO, tous misent sur Pavel Datsiouk : son entraîneur, les fans et les études de marché

Crédit photo : Getty Images / Fotobank

Leo Zaitsev, pour La Russie d'Aujourd'hui

Pavel Datsiouk, l'attaquant des Red Wings de Detroit, fait partie de ceux auxquels on associe non seulement l'équipe de hockey, mais aussi l'équipe nationale de Russie toute entière. Le pays a besoin de héros, et Datsiouk est le candidat idéal pour ce rôle. 

À l'époque, Alexeï Iachine était surnommé "Capitaine Russie", mais avec tout le respect dû à cet ancien joueur des Sénateurs et des Islanders, de nos jours, c'est "Datz" le véritable "Capitaine Russie". Cela n'a rien à voir avec sa nomination à ce poste par l'entraîneur de l'équipe russe Zinetoula Bilialetdinov. Peu importe la lettre "C" inscrite sur son maillot, Datsiouk est un vrai meneur dans chaque équipe.

L'attaquant du SKA Saint-Pétersbourg et de l'équipe de Russie Ilia Kovaltchouk nous le dit : "C'est un homme que tout le monde respecte, et dont on écoute le point de vue. D'une année à l'autre, Pacha nous montre grâce à sa technique de jeu qu'il est un maître, un vrai. À 35 ans, il a engrangé suffisamment d'expérience et de connaissances sur le comportement à avoir dans les vestiaires et sur la glace. Avec un capitaine comme lui, aucun défi n'est insurmontable".

Datsiouk a débuté sa carrière dans sa ville natale, Ekaterinbourg, capitale industrielle de l'Oural. À 23 ans, il a déménagé dans une autre ville industrielle, Détroit, où il s'est hissé au rang de star mondiale du hockey.

Pour la 12e saison consécutive, Pavel joue au sein du club des Red Wings, dont il est le symbole vivant. Au cours de cette période, il a remporté par deux fois la Stanley Cup, décroché quatre fois le Trophée Lady Byng, et trois fois le Trophée Frank J. Selke. Côté statistiques personnelles, l'attaquant a par exemple gagné 97 points en 2008 et 2009 lors de la saison régulière (respectivement 31+66 et 32+65).

"Datsiouk est l'un des meilleurs joueurs de hockey au monde, aucun doute là-dessus. Pour moi, c'est une chance de pouvoir travailler avec lui“, a déclaré Mike Babcock, l'entraîneur de Détroit et de l'équipe de hockey canadienne à Sochi. "Malgré sa carrure modeste, Pavel est un joueur robuste et coriace avec des qualités de meneur indéniables. Et - chose capitale - c'est un homme extraordinaire. Ce qu'il y a de bien à Détroit, c'est qu'on y trouve des gens qui sont plus que de bons joueurs de hockey“.

Notons bien que Datsiouk est doté d'une carrure assez atypique pour un joueur de hockey. Avec 1m80 pour 88 kg, il ressemble davantage à un footballeur qu'à un milieu de terrain offensif évoluant au sein d'une des meilleurs équipes de la Ligue nationale de hockey. Pavel Datsiouk est néanmoins doté de qualités inestimables, qui forment dans leur ensemble ce que l'on pourrait appeler une intelligence de jeu.

Joueur avisé, il peut prendre une décision atypique, laisser filer une passe ou la renvoyer immédiatement. S'y ajoutent une technique de jeu idéale, son opiniâtreté, et ses nerfs d'acier. 

Datsiouk ne choisit pas pour rien de marquer systématiquement à la dernière minute, lors des prolongations. Son tempérament calme et son ouverture d'esprit face au public font de Pavel l'une des coqueluches des journalistes et des fans.

Au début des Jeux Olympiques de Sochi, non seulement le monde du sport avait les yeux rivés sur l'attaquant russe, mais aussi diverses entreprises, qui s'étaient également préparées au JO. 

Datsiouk est déjà devenu le visage de VISA, et a participé à une publicité télévisée pour l'opérateur de télécommunications Megafon ; la vidéo intensivement diffusée sur les chaînes russes montre la "Machine rouge" gagner contre les Canadiens et les Américains. L'automne dernier, une ligne de T-shirts marqués du slogan "Joue-la comme Datsiouk" a été lancée ; elle est aujourd'hui disponible dans de nombreuses boutiques en ligne.

Chose étonnante, Pavel est certes devenu depuis longtemps une superstar, mais il a réussi pendant toutes ces années à garder sa vie privée loin des projecteurs. Les fans ont l'habitude de jaser sur la famille d'Ovetchkine ou de Kovaltchouk, et sur leurs activités en dehors des patinoires. Mais le public sait peu de choses sur la vie privée de Datsiouk.

Quant Pavel avait 15 ans, sa mère Galina est morte du cancer. Le père du joueur de hockey, Valeri, était mécanicien, et est décédé en 2005 dans un accident. Datsiouk a une fille de 11 ans, Elisaveta, qui habite à Ekaterinbourg avec sa mère Svetlana ; l'attaquant s'étant séparée d'elle il y a quelques années.

C'est un homme au passé complexe, mais doté d'un grand cœur et d'un vrai caractère masculin. Datsiouk est un vrai patriote, un joueur de génie, et l'espoir du pays : il est le "Capitaine Russie". Si vous ne vous intéressez pas au hockey, sachez que si les Russes gagnent aux JO, c'est l’œuvre de Pavel Datsiouk.

Other stories about Sochi you may like