Volossojar et Trankov, la paire idéale

Tatiana Volossojar et Maxime Trankov feront figure de favoris incontestables à Sotchi dans la compétition de patinage artistique en couple. Ils ont néanmoins perdu face aux Allemands en finale du Grand Prix ISU 2013 et ont failli rater l’or aux Championnats d’Europe. Le duo de stars pourra-t-il surmonter les émotions liées aux Jeux olympiques dans ce qui représente leurs premiers JO ensemble ?

Crédit photo : RIA Novosti

Anna Kozina, La Russie d'Aujourd'hui

Dans le tournoi individuel, on n’attend rien d’autre que la victoire de la part des leaders de la délégation nationale. Il s’agit de la médaille d’or la plus probable pour l’équipe russe en patinage artistique. Mais on attend également une contribution à la moisson dans les compétitions par équipes.

Les attentes sont énormes. Or, cette paire n’a vu le jour qu’au début du cycle olympique de Sotchi, c’est-à-dire lors de la saison 2010-2011. Et elle n’a pas fait qu’une simple apparition : elle a littéralement forcé la porte de l’élite du patinage artistique international.

Auparavant, Tatiana concourrait pour l’Ukraine aux côtés de Stanislav Morozov. Ils ont remporté le championnat du pays et quelques médailles aux tournois du Grand Prix ISU, mais n’ont jamais réussi à obtenir de succès plus probants.

Maxime est quant à lui monté trois fois sur des podiums européens avec son ancienne partenaire, Maria Moukhortova, avant de finalement se séparer d’elle et de son entraîneur à cause de l’environnement psychologique dans l’équipe.

Dès leurs débuts, Tatiana et Maxime ont semblé être faits l’un pour l’autre. En parfaite harmonie sur la glace, ils passent beaucoup de temps ensemble, presque 24 heures par jour, et ne se séparent pas même pendant les vacances. Ils posent également plein de photos d’eux sur Instagram.

Les rumeurs sur leur relation et son rôle dans leur succès sportif étaient inévitables. Ils n’ont cependant jamais voulu confirmer ces ragots. On dit qu’ils vivent pour le moment un « amour platonique » et préfèrent se concentrer sur la préparation pour les JO.

La glace des compétitions est glissante

Les évidences sportives restent les mêmes : le chemin vers le podium olympique est sinueux, et la glace est glissante. La saison olympique l’a de nouveau confirmé. Lors des deux premières compétitions auxquelles elle a participé, la paire a réalisé six records du monde : dans les programmes court et libre, mais aussi dans les points cumulés.

Après sa participation au « Skate America » à Détroit comptant pour le Grand Prix ISU, même la pourtant très critique Nina Mozer a « fondu » : « J’ai moi-même ressenti un plaisir sauvage. J’ai eu la chair de poule après le programme libre ! ».

Mais ensuite, les deux sportifs ont à la grande surprise effectué un faux pas en finale du Grand Prix. Après avoir gagné le programme court, les protégés de Nina Mozer n’ont pas su maîtriser leurs sauts dans la partie libre.

Prix de l’erreur : la deuxième place. Les deux Russes ont donc terminé derrière leurs concurrents éternels, les Allemands Aliona Savchenko et Robin Szolkowy.

Les Allemands ont aussi été « confrontés » aux Russes lors du tournoi européen préolympique, mais ont dû se retirer du tournoi à cause d’une maladie qui handicape Savchenko depuis deux ans.

L’absence de leurs principaux concurrents a désorienté Tatiana et Maxime, qui ont tout de même battu un nouveau record du monde dans le programme court. Ils ont de nouveau commis une erreur dans les sauts et les portées, se classant derrière l’autre équipe russe composée de Ksenia Stolbova et Fiodor Klimov dans le programme libre.

Cette contre-performance ne les a cependant pas empêchés de remporter l’or grâce à leur énorme avance après le programme court.

Irina Rodina, triple championne olympique de patinage artistique en couple, s’est adressée à Maxime Trankov via son compte Twitter : « Je vous félicite mais, sans vouloir vous offenser, je souhaiterais de votre part un patinage plus "concentré et maîtrisé", ainsi qu’un état d’esprit de gagnant ».

Les prétendants au titre

Ingo Steuer, l’entraîneur d’Aliona et Robin, a tiré ses conclusions : « Nous avons compris que les Russes n’étaient pas imbattables, ce qui est très important pour les autres sportifs ».

Beaucoup souhaitent freiner les ardeurs de la paire russe, mais les principaux favoris dans la lutte pour l’or restent les couples Volossojar/Trankov et Savchenko/Szolkowy.

Ces derniers sont médaillés de bronze aux Jeux olympiques de 2010, quatre fois champions du monde (en 2008, 2009, 2011 et 2012) et quatre fois champions d’Europe (en 2007, 2008, 2009 et 2011). Chaque confrontation sur la glace entre ces deux couples ressemble à un thriller haletant.

Derrière, le cercle de prétendants aux médailles, et surtout au bronze, s’élargit. La liste restreinte comprend tous les participants à la finale du Grand Prix ISU. Il s’agit des Chinois Pang Qing/Tong Jian et Peng Tcheng/Jang Hao, mais aussi des Canadiens Meagan Duhamel/Éric Radford et Kirsten Moore-Towers/Dylan Moscovitch.

Sans oublier les Russes Stolbova/Klimov ou Bazarova-Larionov. Ces deux paires, dont la dernière a terminé juste derrière Volossojar et Trankov sur le podium européen, sont également entraînées par Nina Mozer.

Quota de chutes

« Les supporters et les journalistes nous jugent sévèrement », a indiqué préoccupé Maxime Trankov après les Championnats d’Europe.

« Il faut se rendre compte que nous n’avons eu que trois ans pour nous préparer aux Jeux olympiques. Ce délai est bien plus long chez les autres. Nous avons même été obligés d’accélérer notre préparation au début. Tout est désormais rentré dans l’ordre mais les erreurs sont encore possibles, on n’est jamais à l’abri. J’étais peut-être trop sûr, trop calme. Je dois parfois me reposer pour ensuite revenir plus fort. Cette saison, j’ai à chaque fois très bien commencé et, pour être honnête, cela m’a un peu mis la pression. Je me connais et pensais : il faut absolument que cela ne se répète pas aux JO. C’est donc bien que ces accros aient eu lieu avant les Jeux. J’espère avoir atteint mon quota d’erreurs et de chutes ».

L’ancien champion olympique de patinage artistique en couple, Maxime Marinine, est certain que les principaux adversaires des Russes seront les Russes eux-mêmes : « S’ils patinent comme ils le savent, Maxime et Tatiana n’ont pas d’opposition. Mais s’ils commettent une faute à un moment donné, leurs principaux concurrents deviendront alors les Allemands. De plus, d’autres paires pourraient en profiter pour se montrer ».

Other stories about Sochi you may like